Ebusco inaugure son site de Cléon

Ebusco inaugure son site de Cléon

Le constructeur Ebusco, fondé en 2012 et connu pour la production de deux modèles d’autobus électriques, le 2.2, déjà commercialisé à quelque 650 exemplaires, et le 3.0, qui intègre dans sa structure de la fibre de carbone, a officiellement inauguré le 24 mai son site de production de Cléon, près de Rouen.

Le site de Cléon est d’ores et déjà dédié à la production des pièces en composite du modèle 3.0, à la construction de la structure du véhicule. Ultérieurement, le site sera consacré à la préparation des autobus avant livraison (montage des éléments de communication, Inspections finales, etc.).

 

L’Ebusco 3.0 de 18 m le 24 mai à Cléon.

 

L’Ebusco 3.0, dont le premier prototype a roulé en 2021, suivi l’année suivante par le modèle de 18m, est annoncé avec un poids réduit de 5 000 kg par rapport à un modèle plus classique, et est donné avec une autonomie de 700 km.

 

Canada. BC Transit commande 29 Alexander Dennis Enviro500

Canada. BC Transit commande 29 Alexander Dennis Enviro500

Alexander Dennis, filiale de NFI Group Inc., vient d’annoncer avoir reçu une commande ferme de 29 autobus à deux étages Enviro500 de BC Transit en Colombie-Britannique, au Canada. BC Transit exploite 57 services de transport en commun.

Le nouvel Enviro500 sera construit dans le cadre du partenariat entre Alexander Dennis et Big Rig Manufacturing.

Les prochains véhicules remplaceront les anciens autobus à double étage de BC Transit qui ont atteint la fin de leur durée de vie, un processus qui a débuté en 2021.

A ce jour, Alexander Dennis a engrangé au Canada et aux États-Unis des commandes portant sur plus de 110 autobus à deux étages Enviro500 et Enviro500EV.

Ile-de-France : vers une commande historique

Ile-de-France : vers une commande historique

Engagée dans le renouvellement de l’ensemble de sa flotte de cars et bus depuis 2018, Ile-de-France Mobilités, l’autorité organisatrice de la mobilité francilienne, a annoncé qu’elle prévoyait de commander, via la Centrale d’achat du transport public, 3 500 véhicules propres.

Ces nouveaux véhicules seront mis en circulation, au nombre de 1 000 par an environ, entre 2025 et 2028, une commande chiffrée à 1,8 Mds€, qui vient s’ajouter à celle de 500 midibus propres commandés en 2022 par Île-de-France Mobilités et qui arriveront au même moment sur les lignes, entre 2025 et 2028.

Ces nouveaux véhicules viendront compléter les 4 200 bus et cars propres – près de 40% de la flotte – déjà en service dans l’ensemble de la Région.

Par ailleurs, dès 2025, les véhicules diesel et hybrides rouleront au HVO (huile végétale hydrotraitée), un carburant alternatif composé d’huiles végétales. Île-de-France Mobilités renonce ainsi définitivement au gazole, en attendant d’avoir une flotte 100% biométhane et électrique.

Enfin, concernant les infrastructures, 49 centres opérationnels bus ont déjà été convertis aux nouvelles énergies (électricité et biogaz) et 30 sites sont en cours de conversion.

 

Pologne. Łódź commande 63 bus Solaris mild hybrid

Pologne. Łódź commande 63 bus Solaris mild hybrid

Solaris et MPK Łódź viennent de signer un contrat pour la location de 63 bus à propulsion hybride légère. Le contrat comprend l’entretien et la maintenance des véhicules pour une durée de 10 ans. Les livraisons de ces bus de 12 et 18 mètres sont prévues pour le dernier trimestre 2024.

Dans le cadre de l’appel d’offres annoncé par MPK Łódź, Solaris livrera 15 bus Urbino 12 et 48 bus Urbino 18. Tous les modèles seront équipés d’une motorisation hybride légère. L’un des bus de 12 mètres sera spécialement équipé et adapté pour le centre de formation des conducteurs MPK Łódź pour les cours de conduite.

Le système d’entraînement hybride léger est un développement de la technologie utilisant l’énergie générée lors du freinage et repose sur trois éléments : un générateur électrique, un système de stockage d’énergie et un pilote pour la structure surveillant le fonctionnement du système.

Lors du freinage, le système électrique du bus fonctionne comme un générateur et recharge le stockage d’énergie avec la puissance maximale disponible. Lorsque l’unité de stockage est partiellement ou totalement rechargée, lors du processus d’accélération, le générateur électrique agit comme un moteur électrique soutenant le fonctionnement du moteur diesel.

 

 

Hydrogène : l’Allemagne gèle les subventions

Hydrogène : l’Allemagne gèle les subventions

Le développement de la filière hydrogène ne semble plus être dans l’air du temps outre-Rhin. En février dernier en effet, le ministre des Transports allemand, Volker Wissing, avait limogé le chef de son département politique, Klaus Bonhoff, accusé d’être intervenu en 2021 pour qu’une subvention d’environ 1,5 M€ soit accordée au pôle d’innovation HyMobility de la DWV (l’Association allemande de l’hydrogène et des piles à combustible), dirigé par un de ses proches….

A la suite de cette affaire, le ministère a donc cessé d’octroyer de nouvelles aides afin de réexaminer tous les projets de promotion de l’hydrogène datant de 2021 à l’automne 2023 dans le cadre d’un audit interne.

Récemment, les acteurs de la filière ont donc décidé d’interpeller le gouvernement dans une lettre adressée au ministère du Numérique et des Transports. Ils semblent soupçonner l’Etat allemand de vouloir abandonner à son sort le développement de la mobilité hydrogène dans le pays.

Une stratégie contestée par le gouvernement qui annonce un nouveau plan pour 2025, mais qui s’inscrit cependant dans la même logique que la fin des subventions à l’achat des voitures électriques, pour cause d’économies en matière d’aides publiques…

 

 

Van Hool, vers une reprise de l’activité bus fin mai ?

Van Hool, vers une reprise de l’activité bus fin mai ?

Chacun se doutait que la reprise de l’activité cars et bus de Van Hool par le néerlandais VDL ne pouvait s’effectuer en un claquement de doigts.

Selon les responsables chargés du dossier auprès de l’administration belge, VDL aurait d’ores et déjà demandé différentes autorisations auprès de plusieurs autorités de la concurrence des différents pays où les deux marques étaient présentes.

Des autorisations, désormais obtenues, qui pourraient permettre une reprise d’activité avant la fin de ce mois de mai. Pour mémoire, rappelons que VDL s’est engagé à conserver entre 3 et 600 employés sur le site historique de Lierre.